Planification territoriale : l’expertise bruxelloise au service de la Région de Rabat-Salé-Kénitra

La mise en place d’un Observatoire régional des dynamiques territoriales par la Région de Rabat-Salé-Kénitra (RRSK), avec l’aide et le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC), se concrétise peu à peu. Une délégation marocaine s’est déplacée à Bruxelles pour se former à différentes facettes d’un tel projet.

La délégation de la Région de Rabat-Salé-Kénitra en formation dans les locaux de perspective.brussels.

 

Depuis une vingtaine d’année, la RBC dispose d’un Observatoire régional des dynamiques territoriales. Cet outil de planification permet de mobiliser l’information nécessaire pour mieux connaître un territoire et son évolution en termes de ressources et de besoins.

Convaincue de l’utilité de mettre en place un tel Observatoire à son niveau, notre région partenaire a choisi de se tourner vers la RBC pour bénéficier de son expertise en ce domaine. Un tel projet nécessite par exemple de s’appuyer sur un système d’information géographique. C’est dans ce cadre que, sous l’égide de Brussels International, l’équipe de projet de la RRSK s’est déplacée à Bruxelles, du 9 au 12 octobre, pour y suivre des formations auprès de Perspective.brussels et du Centre d’Informatique pour la Région Bruxelloise (CIRB).

La délégation, composée d’un panel d’architectes, d’ingénieurs et d’urbanistes, s’est d’abord rendue à perspective.brussels. Le 9 octobre, elle y a participé à un workshop technique centré sur la gestion quotidienne des observatoires. Le lendemain était consacré à un partage international d’expériences sur un dispositif d’action publique.

Le CIRB a accueilli la délégation marocaine les 11 et 12 octobre. Les deux journées ont permis aux visiteurs marocains de découvrir les outils cartographiques utilisés en RBC. Les experts du CIRB ont pu décrire leurs méthodes de production, de gestion et d’exploitation de données cartographiques au sein de leur organisme. Le 12 octobre, les échanges ont porté sur le concept de Smart City et ses applications à la gestion de l’environnement dans notre région. Une présentation de Fix My Street a montré comment signaler des incidents dans l’espace public bruxellois et participer à l’amélioration de notre région. Notons que la délégation marocaine était particulièrement demandeuse de solutions de participation citoyenne.

Une mission à Rabat composée de représentants de nos deux organismes bruxellois est prévue à la fin de l’automne 2018 pour y poursuivre la mise en place de l’Observatoire.