Bruxelles s’engage contre les violences faites aux femmes

Le traité d’Istanbul du Conseil de l’Europe organisant la lutte contre les violences faites aux femmes sera ratifié prochainement par la Région de Bruxelles-Capitale.

 

Le 11 septembre 2012, la Belgique a signé la convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe. Le traité est le premier instrument contraignant qui donne un cadre clair à la lutte contre les violences faites aux femmes, à la protection des victimes et à la sanction des auteurs. Sont visés aussi bien les mariages forcés que les mutilations génitales, le harcèlement et la violence tant physique que psychologique ou sexuelle.

La mise en œuvre de ce traité oblige la Belgique à prévoir une prise en charge spécifique des victimes de violence sexuelle, notamment sous la forme de centres accessibles à tous. D’autres obligations portent sur l’organisation de formations intensives pour les spécialistes qui travaillent avec des victimes et/ou responsables de violences, ainsi que la reconnaissance et la promotion du rôle de la société civile dans la prévention de la violence.

Un groupe d’experts indépendants, baptisé GREVIO, surveillera l’application concrète des mesures prévues par le traité et, le cas échéant, établira des recommandations à l’adresse des parties prenantes.

La Région de Bruxelles-Capitale est en train de ratifier le traité et soutient à cette occasion le rôle pionner que notre pays joue depuis les années 80 dans la lutte contre les violences faites aux femmes. L’approbation du traité fait partie du plan d’action national que l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes a élaboré en collaboration avec l’État fédéral, les communautés et les régions.