Les jeunes bruxellois et marocains plaident pour le respect et la tolérance

Les valeurs de respect et de tolérance ont été au cœur des échanges entre des jeunes bruxellois et marocains, à l’occasion d’un séjour des premiers, en février, à Rabat dans le cadre du projet interculturel liant la Région de Bruxelles-Capitale et de la Région Rabat-Salé-Kénitra (Maroc).

De gauche à droite : Ria Juwet (coordinatrice de projet à école Coovi), Anny Verstraeten (coordinatrice de projet à école Frans Fisher), Maaike Siaens (Brussels International), Lhachemi Abbahaddou (professeur au Lycée Moulay Youssef), Ahmed Zaaraoui (ancien directeur du Lycée Moulay Youssef) et Wout Roggen (professeur à l’école Victor Horta à Evere).

Au Conseil de la Région. Au centre de l’image : Abdessamad Sekkal (Président de la Région Rabat-Salé-Kénitra), Anne Claes (Directrice de Brussels International) et Abdelkébir Berkia (ancien Président de la Région Rabat- Salé-Kénitra).

article_6-4
Groupe d’élèves et de professeurs de trois écoles bruxelloises et d’élèves du Lycée Moulay Youssef à Rabat.

 

Douze étudiants bruxellois et quatre accompagnateurs, dont un représentant de Brussels International, ont été accueillis, du 18 au 23 février 2016, par leurs homologues marocains du Lycée Moulay Youssef. Le programme de ce séjour marocain a fait la part belle à la culture.

De nombreuses visites de monuments historiques et de sites exceptionnels attendaient les jeunes bruxellois. Ils ont notamment découvert le Parlement du Royaume du Maroc, le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, la nécropole médiévale de la Chellah, des ruines antiques dans les environs de Rabat, la Kasbah des Oudayas et le Mausolée de Mohammed V.

Un groupe d’étudiants du Lycée Moulay Youssef avait, de son côté, préparé une présentation intitulée «L’identité culturelle au Maroc, l’unité dans la diversité». Remontant aux sources de la culture marocaine, leur exposé a notamment mis en lumière combien celle-ci, à l’instar de tant d’autres cultures, est le fruit d’influences extérieures. En l’occurrence, les jeunes marocains ont mis en lumière les héritages juif et andalou dans leur culture. Suite à leur intervention, les étudiants et les accompagnateurs belges leur ont fait la surprise de projeter un montage vidéo de photos de la visite du groupe d’étudiants marocains en Région bruxelloise en novembre 2015.

 

 

Poursuivre le projet

Ces échanges interculturels ont connu un autre moment fort à l’occasion d’un déjeuner organisé par la Région de Rabat-Salé-Kénitra, en présence du Président de la Région et de son prédécesseur à ce poste, de l’Ambassadeur de Belgique à Rabat et de la Directrice de Brussels International.

Ces personnalités se sont accordées sur la nécessité de poursuivre ce projet interculturel reliant les deux régions. Les jeunes ont beaucoup à apprendre les uns des autres et notamment de leurs échanges sur leurs valeurs, leurs règles et leur culture.

En ces temps troublés, il est essentiel que les jeunes apprennent la tolérance et le respect mutuels, au-delà des frontières. Dans cet esprit, les étudiants du Lycée Moulay Youssef, suite au lockdown qu’ils ont personnellement vécu à Bruxelles lors de leur séjour sur place en novembre, ont fait une présentation consacrée aux différentes formes de terrorisme. Leur message, «Chacun a droit à sa place sur Terre et chaque être humain est égal», a été apprécié de tous. Quelques semaines plus tard, les étudiants marocains n’ont pas manqué de manifester leur soutien et leur sympathie envers Bruxelles suite aux attentats qui ont frappé la Belgique.